Le rôle fondamental des micro-organismes dans la santé humaine


Nous l’avons vu, les micro-organismes jouent un rôle essentiel dans la fertilité des sols agricoles. De nombreux agriculteurs utilisent des écosystèmes microbiens pour redonner vie et santé à leurs terres, et ainsi permettre la production d’aliments de qualité pour leurs bêtes ou l’alimentation humaine.

Des micro-organismes indispensables à notre santé

Les micro-organismes jouent également un rôle majeur chez l’homme. En effet, on retrouve chez un adulte de 70kg près de 2 kg de « microbes », le microbiote, dans son intestin. Ce microbiote, composé d’environ 100 000 milliards de bactéries, colonise l’ensemble du système digestif et remplit de nombreuses fonctions essentielles à notre santé.

Les différentes fonctions du microbiote :

  • La digestion: certaines bactéries améliorent la digestion du lactose, d’autres dégradent les fibres alimentaires, …
  • L’immunité: 80% de nos défenses naturelles se situent au niveau de notre intestin. Le microbiote joue un rôle fondamental en protégeant notre tube digestif des attaques de pathogènes (virus, champignons) et en modulant la réponse aux agressions extérieures (rôle dans la prévention de l’allergie et certaines maladies inflammatoires telles que l’asthme).
  • La régulation du transit: une flore équilibrée permet de limiter les troubles fonctionnels tels que les alternances de diarrhées et de constipation, les gaz et les ballonnements.
  • Des rôles métaboliques: la flore intestinale produit certaines de nos vitamines (vitamines B et K notamment), et permet la synthèse de neurotransmetteurs (95% de la sérotonine, messager du bien-être au niveau cérébral, est produite au niveau de l’intestin grâce à l’action du microbiote).

Un intestin en bonne santé est donc un intestin où la flore intestinale est présente en qualité et en quantité suffisante.
Ce microbiote est individuel, il est une sorte d’empreinte unique propre à chacun d’entre nous. A la naissance, le tube digestif stérile du nourrisson est tout d’abord colonisé par le passage dans les voies naturelles maternelles, puis grâce à l’alimentation. On considère que la flore digestive devient comparable à celles des adultes à partir de l’âge de 3 ans.

Le microbiote, un capital essentiel à préserver

Notre alimentation, notre environnement et nos conditions de vie peuvent influencer sur la bonne santé de notre flore digestive : nourriture industrielle pauvre en fibres, médicaments (antibiotiques, anti-inflammatoires), virus (gastroentérites), stress sont autant de facteurs pouvant abîmer notre microbiote et conduire à l’apparition d’inflammations digestives et d’hyperperméabilité intestinale. La paroi intestinale devient alors poreuse, et laisse passer dans la circulation sanguine des résidus de digestion qui entrainent une réaction immunitaire. Cet emballement de notre immunité et cette inflammation intestinale pourraient être un des déclencheurs de plusieurs maladies : Crohn, diabète de type 1, sclérose en plaques…

Comment prendre soin de son microbiote ?

  • Alimentation

Favoriser une alimentation la moins transformée possible : limiter la consommation d’aliments industriels riches en additifs.
Augmenter la consommation de fibres prébiotiques, c’est-à-dire qui nourrissent notre flore digestive : fruits, légumes, céréales complètes, légumineuses.
Consommer des aliments riches en « bonnes bactéries » : fromages au lait cru, yaourts, laits fermentés (kéfir), choucroute…

  • Hygiène de vie

Limiter le stress, l’intestin est notre deuxième cerveau !
Manger à heures fixes et dans le calme, en prenant le temps de bien mastiquer les aliments.
Limiter au maximum la prise d’anti-inflammatoires et d’antibiotiques.

Du sol à notre intestin, les micro-organismes jouent donc un rôle essentiel à de nombreux niveaux. Il est donc important d’en prendre soin, à la façon d’un jardinier qui cultive son jardin.
Marc-André Sélosse dans son livre « Jamais seul » évoquait le concept de « Saleté propre ». Il a été repris dans l’ouvrage du Dr Josh Axe « Salement bon pour la santé ».

A chacun d’entre nous de veiller, dans nos sols et dans nos assiettes, à la préservation de cette bonne flore microbienne protectrice !

Laissez un commentaire